Carte bancaire débit ou crédit?

Il existe en France principalement deux types de cartes bancaires. La carte débit et la carte crédit. Pour les identifier, il n’y a pas de grandes difficultés, il suffit de les regarder de près, l’une ou l’autre des mentions figure au recto de la carte.

Outre cette mention, quelles sont les différences entre une carte débit et une carte crédit?

 

La carte débit

C’est la carte la plus fréquente en France. Elle est rattachée à un compte bancaire et elle est à débit immédiat. Cela signifie qu’elle va débiter votre compte immédiatement (terme bien relatif) après la transaction. Dans les faits, le débit se présente 24 heures à 48 heures ouvrés après l’acte d’achat.

La carte débit peut être une carte nationale (avec le logo CB) ou bien une carte internationale (Visa ou Mastercard). Elle peut-être une carte à interrogation de solde (type Maestro ou Electron) ou bien sans cette interrogation (Classic, Premier ou Gold, ou au-dessus dans les gammes).

 

La carte crédit

Il y a deux types de cartes qui affichent le terme crédit. La première est la carte à débit différé, rattachée à un compte bancaire. Tous les paiements seront débités en une fois sur le compte à un jour précis, fixé en amont (souvent le dernier jour ouvré du mois). Cette formule présente l’avantage de constituer une avance de trésorerie gratuite (il n’y a aucun coût, aucun intérêt, contrairement, bien souvent, aux autorisations de découvert).

La seconde carte crédit est la carte associée à une crédit renouvelable. Les grandes chaînes de magasin proposent ce type de carte, qui débite une enveloppe de crédit (avec taux d’intérêt) qui se reconstitue au fil des remboursements. Les banques commercialisent aussi ces cartes, offrant le choix de débiter le compte (sans surcoût par conséquent) ou bien le crédit (qui présente un taux d’intérêt, souvent élevé d’ailleurs).

 

L’avantage pour le client

Avance de trésorerie

Le débit différé vous permet donc de décaler le moment effectif du débit sur votre compte. Il s’agit, tout bonnement, d’une avance de trésorerie gratuite. Car outre le prix de la carte (qui, de plus en plus souvent est identique à la carte débit) ce différé n’entraîne aucun surcoût.

Initialement très prisé des cadres ou commerciaux qui avançaient des frais professionnels, elles sont aujourd’hui une alternative intéressante (et économique) aux autorisations de découvert.

 

Contourner le plafond avec le crédit renouvelable

Les cartes bancaires, qu’elles soient à débit immédiat ou à débit différé, voient leur fonctionnement encadré par des plafonds d’utilisation. Ces plafonds dépendent du type de carte (Classique, Gold ou Premier, Platinum, Infinite ou World Elite), mais aussi de la banque (qui décide de son paramétrage standard). Pour une carte classique le plafond en paiement est d’environ 2 300 à 2 500 euros. Et si ce plafond est atteint, vous serez confronté à des refus de paiement.

Si vous disposez d’une carte bancaire adossé à une réserve d’argent (ou crédit renouvelable), vous pouvez, pour vous sortir de ce mauvais pas et finaliser l’achat, effectuer un paiement à crédit. Le plafond de la carte ne sera pas entamé, puisque les fonds seront tirés sur votre réserve d’argent et non le compte.

 

Location à l’étranger

Les loueurs de véhicule à l’étranger peuvent se voir réticents à l’idée de laisser les clefs d’un de leur véhicule à un porteur de carte débit. Notamment au Portugal, en Espagne ou en Italie, de nombreux loueurs estiment qu’une carte de débit est détenue par un client peu fiable, car sa banque lui a refusé la carte de crédit. Irrationnel, certes. Et souvent prétexte à imposer une assurance complémentaire (pour finalement accepter la location) extrêmement onéreuse.

Une carte de crédit a le mérite d’éviter ces désagréments. Elle rassure les loueurs de véhicule (et ce, même si au final ces cartes présentent les mêmes garanties que les cartes débit…).

 

L’avantage pour la banque

Peut-être l’aurez-vous noté, les banques ont tendance à pousser leurs clients à utiliser des cartes crédit. Les avantages clients (certes réels) sont couramment mis en avant. Mais cette démarche s’inscrit-elle dans le simple intérêt clientèle? Pas tout à fait… Depuis 2015, l’Union Européenne réglemente les commissions interbancaires de paiement, en les plafonnant. Et les deux cartes ne sont pas à la même enseigne. 

En clair, lorsque vous utilisez votre carte chez un commerçant, la banque de ce dernier va payer une CIP (Commission Interbancaire de Paiement) à votre banque, qui a émis la carte. Pour une carte débit, cette CIP est de 0,20 % du montant. Pour une carte crédit, elle est de 0,30 % du montant. La différence, même si elle est minime, représente vite des sommes colossales sur la masse des transactions par carte. Les banques ont donc tout intérêt à ce que vous utilisiez une carte à débit différée. Ou bien une carte rattachée à un crédit renouvelable.

 

La carte bancaire doit, quoi qu’il en soit, correspondre à ses habitudes de gestion. Mais compte tenu de la différence de commission, force est de constater que les banques vont pousser pour développer leur parc de cartes de crédit.

0 commentaires
0 likes
Article précédent: Quel TPE pour une association?Article suivant: Quel TPE choisir pour un auto-entrepreneur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *